Jean Levant 's Website
Amiens, France
"MOTS HISTORIQUES"

 
Comte d' ANTERROCHE (1705 - 1785)
Messieurs les Anglais, tirez les premiers!

1745

Ainsi se transmet traditionnellement la phrase prononcée par le comte d'Anterroche, commandant d'une Compagnie des gardes fraçaises, au début de la bataille de Fontenoy (11 mai 1745) qui mit aux prises l'armée française commandée par le maréchal de Saxe et l'armée anglo-hollando-hanovrienne du duc de Cumberland.

Voici la scène racontée par un témoin oculaire, le marquis de Valfons, aide de camp du comte de Clermont: "Les Anglais s'approchèrent jusqu'à cent pas de la ligne française. A ce moment ils s'arrêtèrent, on redressa l'alignement et, cette opération achevée, les officiers anglais mirent le chapeau à la main, saluant les officiers des gardes françaises, qui à leur tour se découvrirent. Ce fut aussitôt après ces saluts échangés que Milord Hay, capitaine commandant la compagnie de tête des gardes anglaises, s'avança seul, la canne à la main, jusqu'à quarante pas de la ligne française. Il se découvrit alors de nouveau et, s'adressant à l'officier qu'il avait devant lui, le comte d'Anterroche, lui dit: "Monsieur, faites tirer vos gens." Aquoi M. d'Anterroche répondit: "Non, Monsieur, nous ne commençons jamais."
Ces messieurs s'étant de nouveau salués, ils rentrèrent chacun dans leur rang. Le feu anglais commença aussitôt et d'une telle vivacité qu'il nous en coûta plus de mille hommes d'un coup et qu'il s'en suivit un grand désordre." Le comte d'Anterroche, lui-même, reçut sept balles.
Un autre témoin de la scène, le chevalier de Roburent, capitaine aux gardes françaises, rapporta ainsi le dialogue:
"- Messieurs des grades françaises, tirez les premiers!
- Monsieur, faites tirez vous-mêmes; nous ne commençons jamais!"
Après cet échange de politesse et le flottement qui s'ensuivit, la situation fut rétablie et le maréchal de Saxe remporta la dernière grande bataille terrestre de l'Ancien Régime.