CHASSE, PÊCHE, NATURE ...

 

Dans un bar à Aubagne, Tony et Doumé discutent devant leur quatorzième pastis...

- Alors Tony, qu'est-ce que t'as fait ce dimanche?

- Je suis allé pêcher ...

- Ah, ouais, et ça à mordu ?

- Putain ouais, et pas qu'un peu. J'ai pris une sardine... comme ça !!

(Là Tony, il écarte les bras au max pour montrer la taille de la sardine.) Et encore, j'ai pas les bras assez longs...

- Tony, tu pars en couilles ou quoi, là ! Ça existe pas des sardines comme ça. Tu me prends pour un con, tu me respectes pas, là !!!

- Et ouais je te le dis, elle était comme ça putain ! Tu le sais que je mens jamais aux collègues !!

Jusqu'au dix-huitième pastaga, un silence de mort s'instaure entre les deux hommes. Puis Tony prend sur lui et relance la discussion :

- Et toi Doumé, qu'est-ce que t'as branlé ce week-end ??

Léger blanc, puis Doumé condescend à répondre.

- J'ai chassé, à la Treille.

- Ah ouais et qu'est-ce que t'as pris ?

- Rien putain, ça a pas marché, y avait que dalle dans la colline !

- Arrête-toi Doumé, un flingueur comme toi, t'aurais rien chopé ??!! Tu me prends pour un con ou quoi !!

- Non, je te dis qu'il y avait rien à tirer !!!

- Doumé, tu me ballades là ou quoi! Un chasseur comme toi, un expert...! J'te crois pas!!!!!"

Là, Doumé baisse le ton et confie à Tony :

- Bon Tony, OK, il m'est arrivé un truc incroyable. Je te raconte, mais y faut que t'en parles à personne. Tu entends!! Personne ne doit savoir ce que je vais te dire maintenant!!"

Tony un peu impressionné, laisse choir doucement:

- OK, Doumé, OK. Pas de problème, je moufterai rien.

- Bon, OK, alors voilà: Samedi, j'étais dans la pinède avec mon Verney Caron depuis 10 minutes et j'entends un bruit dans les fourrés. Putain tu me connais comme je dégaine ! Ni une ni deux, j'épaule, je flingue. Tu le crois ou non, c'était la chèvre à Monsieur Jean de Gémenos. Putain, killée net, entre les deux yeux. Tu me connais, je rate rien...

- Non ??!! Putain, tu lui as niqué sa chèvre à Monsieur Jean !!!! Et qu'est-ce que t'as fait alors !!!

- Eh, qu'est-ce que tu voulais que je fasse? Je suis retourné à la GTI prendre la pelle militaire pliante et j'ai creusé.

- Ah ouais ? Et après ?

- Après ? Après, j'avais presque fini quand au bout du chemin tu sais ce que je vois ?

- Putain, non, dis-moi !!!!

- Monsieur Jean...

- Non ???!!!

- Et ouais, il arrivait doucement en marchant.

- Putain et alors, qu'est-ce que t'as fait ??!!

- Qu'est-ce que tu voulais faire. J'avais le fusil rechargé, j'y en mis 2, une dans chaque oeil...

- Nooooooon !!! Arrête!! T'as étendu Monsieur Jean ??!! Tu déconnes complètement là??!!

- Putain, mais qu'est-ce que tu voulais que je fasse, c'était lui ou moi..

- Et alors, après, qu'est-ce que tu as fait!!!

- Après? Après, j'ai traîné Monsieur Jean jusqu'à sa chèvre et j'ai creusé un trou plus gros.

- Putain !!... Et alors??!!

- Alors ? Alors il me restait plus qu'un bras de Monsieur Jean à enterrer et devine qui je vois au bout du chemin ?

- Putain je sais pas moi, dis-moi !!!!!!

- Madame Jean qui arrivait tranquille...

- NON !!!! Et alors, qu'est-ce que tu as fait??!! Tu as quand même pas tué madame Jean!!! Pas madame Jean !!!

- Ah ben là j'ai pas le choix, Tony : SOIT TU RÉTRÉCIS TA PUTAIN DE SARDINE SOIT JE FAIS UN CARNAGE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"

 

 

Deux canards sont sur une marre... Apres un moment l'un dit "coin !" et l'autre s'écrit: "Ben merde ! j'allai dire la meme chose !"

 

 

C'est un couple qui habite en forêt. L'homme est un chasseur. Un jour, il demanda à sa femme :

- Viens-tu chasser avec moi demain ?

La femme répond :

- Non, j'ai pas envie.

Alors, le chasseur est très déçu. Il donne le choix à sa femme ;

- Ou bien tu me suces ou bien je t'encule, ou bien tu viens avec moi. Je te laisse la nuit pour y penser.

Le lendemain la femme dit :

- J'ai décidé et je vais te sucer.

La femme s'exécute la mort dans l'âme. Mais très vite elle dit :

- Beuarh... ça a le goût de la merde!!!

Le mari répond :

- Je sais... le chien non plus voulait pas venir.

 

 

Un colon canadien, vers 1853, coupe du bois pour l'hiver.

Un indien passe.

- Dis-moi, l'indien, fera-t-il froid cet hiver ?

- Hiver rude !

Alors le colon coupe plus de bois.

Le lendemain, l'indien repasse.

- Dis-moi, l'indien, fera-t-il vraiment froid cet hiver ?

- Hiver TRÈS rude !

Le colon recoupe du bois.

Un semaine après, l'indien repasse.

- Mais, l'hiver sera vraiment très rude ?

- Hiver TRÈS TRÈS rude.

- Mais comment le sais-tu ?

- Vieux proverbe indien dit : 'Quand homme blanc coupe du bois, hiver sera rude'.

 

 

C'est un type qui va en Afrique chasser le gorille avec un guide. Un beau matin le guide arrive avec un filet, un chien et un fusil et lui dit :

- Ce matin on va capturer un gorille, je t'explique la technique : on repère un arbre ou il y a un gorille, je monte dedans, je secoue l'arbre, le gorille tombe et là le chien (qui est dressé pour ça) le mord aux couilles, ça paralyse le gorille et tu n'as plus qu'à le capturer au filet.

- OK mais le fusil c'est pourquoi faire?

- Si c'est moi qui tombe tu tues le chien.

 

 

Deux matelots font escale après trois mois de pêche en mer. A peine ont-ils posé le pied sur la terre ferme qu'ils décident de partir en chasse afin de compenser leurs longs mois d'abstinence. Ils décident donc de se séparer en se promettant de se retrouver le lendemain matin à la taverne dite "Du vieux goéland".

Ainsi, d'un pas décidé ils partent chacun à la conquête du plaisir... Le soleil est levé depuis peu quand ils se retrouvent autour d'un verre. Ils commencent alors à se raconter leurs exploits de la nuit passée.

Le premier que nous nommerons Paulo par la suite semble vermoulu et décrit sa nuit.

Paulo:" Oh ben moi c'est simple, je suis allé a l'auberge "Au maquereau sympathique" et là j'ai trouvé une charmante compagnie immédiatement. Ma paie y est passée mais j'ai baisé comme un fou toute la nuit et toi Pierrot comment c'était ?

Sur ce,Pierrot (qui est, vous l'aviez compris le deuxième comparse) commence son récit:

Pierrot: "Oh moi tu sais que je suis plus romantique que toi donc je suis allé à la taverne "A la rose effeuillée", j'ai fait la rencontre d'une charmante personne. Je lui ai payé un ou deux verres et finalement je me disais que ce n'était pas très sympa de faire ça pour la sauter.

Donc j'allais abandonner cette idée et je me suis préparé à passer une nuit à discuter tranquillement, simplement entre amis quand elle me propose de venir boire un verre chez elle.

Bon j'accepte évidemment et à peine a-t'elle referme la porte qu'elle se déshabille se jette sur le lit nue et me dit: "Fais-moi l'amour

tempête! Fais-moi l'amour tempête!"

Alors là je la regarde et je lui dis: "mais je ne connais pas l'amour tempête..."

Elle me dit: "c'est très simple tu secoues le lit pour faire croire que je suis sur un bateau au milieu d'une tempête."

Alors là je me mets à secouer le lit de toutes mes forces

Après elle me dit: "Crache-moi dessus comme ça je penserai qu'il y a de la pluie"

Alors je crache, je secoue le lit...

"Maintenant allume et éteint la lumière pour faire les éclairs" me dit-elle.

Alors j'allume, j'éteins, je crache je secoue le lit, j'allume, j'éteins je crache, je secoue le lit

Là dessus Paulo s'impatiente: "Et alors ????"

Pierrot lui dit : -Attends... Après elle me dit: "Fais moi le bruit du vent..."

Alors je fais le bruit du vent, j'allume, j'éteins, je crache, je secoue le lit, je fais le bruit du vent, j'allume, j'éteins, je crache, je secoue le lit.

Et là elle me dit: "Oh oui prends-moi maintenant."

Paulo: "ET ALORS TU L'AS BAISÉE ?????"

Pierrot: "T'es pas un peu frappadingue? Avec le temps qui faisait!!"

 

 

Trois explorateurs s'enfoncent de plus en plus profondément dans la jungle encore inviolée, terrae incognitae.

Pas de chance, car après le troisième jour, ils sont capturés par la redoutable tribu, non pas des réducteurs de têtes, ni des cannibales, mais des faiseurs de canoës en peau d'explorateurs.

Pour être loyal, le chef de la tribu demande aux trois condamnés leurs dernières volontés.

Le premier, essayant de gagner un maximum de temps, leurs dit qu'il aimerait envoyer un e-mail à sa compagne.

Le chef sourit, l'invite dans sa hutte et l'installe devant sa toute nouvelle dual-pentium pro workstation, dial isdn et 5 min. plus tard, le gars est éventré, sa peau lui est délicatement retirée pour en faire un canoë tout neuf.

Le deuxième, se creusant les méninges, leur dit qu'il aimerait toucher la lune.

Le chef appelle ses deux meilleurs pagayeurs et les envoie dans le plus proche musée. Ils montent dans leurs canoës et deux jours plus tard, les voilà qui débarquent avec un échantillon volé de roche lunaire. Le type croyant avoir pu échapper à une mort certaine est écorché et sa peau est mise à sécher pour la fabrication d'un autre canoë.

Le troisième, grand sourire, demande au chef une fourchette.

- Quoi ?!? répondit-il.

- Vous pouvez me demander tout ce que vous pouvez imaginer et à la place vous voulez une fourchette!!!

Il s'en alla lui-même en chercher une à la cantine du coin. Il revint et tendit la fourchette au troisième mec.

- Voilà votre fourchette. Et maintenant vous allez mourir !

- Pas sûr!? dit le mec en levant très haut sa main qui tenait la fourchette.

- REGARDEZ C'QUE J'EN FAIS D'VOTRE CANOË !!!

Et il commence à se planter la fourchette partout sur le corps.

 

 

Ce sont deux chasseurs à la recherche d'un terrain de chasse. Ils sont en 4X4 et arrivent près d'une ferme. Le conducteur s'arrête et

descend de la voiture. Il va s'adresser au fermier qui est en train de réparer son tracteur dans la cour de la ferme.

- Bonjour Monsieur. Nous autoriseriez-vous à chasser sur vos terres?

Le vieux fermier répond:

- Ça peut se faire. Mais en échange, plutôt que de vous faire payer quelque chose, je vous demanderai une faveur:

Ce vieux cheval là-bas est atteint d'un cancer des testicules et doit beaucoup souffrir. Cependant, je n'ai pas le courage de le tuer.

Voulez-vous bien faire ça pour moi?

Le chasseur lui répond: "OK" et retourne vers sa voiture. Tout en marchant, il se dit qu'il va faire une blague à son copain resté dans le 4X4...

Il monte dans la voiture et quand son copain lui demande ce qu'a dit le fermier, il répond:

- Non, on ne peut pas chasser ici, mais je vais donner une leçon à ce vieux con!

Là dessus, il prend son fusil, sort de la voiture et il abat le vieux cheval et concluant par un "ça lui apprendra!"

A ce moment là, un second coup de feu résonne de l'autre côté de la voiture et l'autre chasseur dit:

- Ouais! Moi j'ai eu la vache!